Fashion Addict

Le blog des fashion addict

Zone euro : « nous vivons une tentative de coup d’Etat larvé »

Peut-être permettra-t-il de sauver les apparences.On a besoin d’aider autrui, de donner son coup d’épaule au coche qui entraîne péniblement l’humanité ; en tout cas on bourdonne autour.La France doit accélérer le redéploiement de son appareil de production en favorisant l’émergence de trois niveaux de métropoles pour servir d’écosystèmes de développement aux trois groupes d’entreprises précitées : trois grandes métropoles (Grand Paris, Grand Lyon, Grand Marseille), une douzaine de métropoles régionales à vocation européenne et une cinquantaine de grandes préfectures permettant de concentrer tous les systèmes de décision, d’information et de recherche, et de financement pour les mettre en synergie au service des trois groupes d’entreprises.Nous obtiendrions cette fois une philosophie où rien ne serait sacrifié de ce que nous présentent nos sens et notre conscience : aucune qualité, aucun aspect du réel, ne prétendrait se substituer au reste et en fournir l’explication.Les lignes blanches des palais qui la bordent s’enlèvent sur le ciel, et diminuent encore la part de lumière du fondaco qui disparaîtra entièrement.Pour bien faire, ajoutons ce qu’il en est en Allemagne.En ce point est l’humanité ; là est notre situation privilégiée.C’est la raison pour laquelle l’appétit dont font preuve les membres de la zone euro à l’égard de l’endettement demeure débridé, les mécanismes de sanction prévus par le « pacte budgétaire » de l’Union européenne étant pendant ce temps discrètement mis de côté.Je vivrais mille ans que je vous aimerais mille ans, idéal de mon cœur, unique reine absolue, toute ma pensée, toute mon âme !Chance qui, soit dit en passant, ne fut jamais consentie aux pays d’Europe périphérique qui furent contraints d’imposer des dévaluations internes inhumaines. On y sent planer l’ombre de e-reputation qui dans « une chambre à soi » exhortait les femmes à écrire sur leurs expériences singulières pour échapper à leur condition subalterne.