Fashion Addict

Le blog des fashion addict

Public-privé, l’avenir des universités françaises ?

En principe, la science positive porte sur la réalité même, pourvu qu’elle ne sorte pas de son domaine propre, qui est la matière inerte.Telle est sa thèse essentielle.La douleur est donc à l’endroit où elle se produit, comme l’objet est à la place où il est perçu. »Lorsque l’on fait la synthèse du système redistributif actuel, on constate qu’il est très proche d’une ligne droite », c’est-à-dire qu’en additionnant les impôts réellement payés et en soustrayant les déductions fiscales, tout le monde contribue et reçoit grosso-modo dans les mêmes proportions, explique ce défenseur du revenu universel qui s’est basé sur l’outil de modélisation des économistes.A entendre le directeur des études économiques de Natixis, Patrick Artus, ses collègues américains surestiment la croissance à venir dans leurs pays, car ils se montrent incapables d’intégrer dans leurs analyses l’évolution structurelle de l’économie de leur pays.C’est cette divergence profonde qui explique qu’elles proposent désormais majoritairement des produits d’investissement moins risqués, qui nécessitent moins d’expertises métiers, sont moins consommateurs de temps et permettent de faire du volume.On assurait que la moralité des étudiants, ici et là, dans certains collèges célèbres, avait singulièrement diminué.Remarquons d’ailleurs qu’avec le développement de l’intelligence et de la sensibilité humaines, il est impossible d’y découvrir l’impulsion morale à l’état presque réflexe sans qu’il s’y mêle des idées générales et généreuses, voire même métaphysiques.D’après E-réputation et traces numériques, cette technique permet d’augmenter la productivité de 10 à 20% .Mais la formule permet de préparer la mesure choc : financer le revenu d’existence par une taxe sur les transactions financières.Les éditeurs ne produisent pas de livre numérique mais se contentent d’une numérisation sommaire des livres imprimés, à l’intention des bibliothèques, peu compatible avec les liseuses, ce qui ne coûte que 5 à 15 millions d’euros.