Fashion Addict

Le blog des fashion addict

« L’extension de la violence contre les civils est un trait essentiel de la première guerre »

fashionaddict, · Catégories: Non classé

Il le pourra difficilement, s’il reste ce qu’il est, intention qui passe, âme rudimentaire ; il n’aurait pas assez de personnalité pour exaucer nos vœux, et il en aurait trop pour être à nos ordres.Il s’habitue à charger sa palette, à renforcer ses couleurs.De nos jours, la tâche des gouvernements consiste pour l’essentiel à gérer un gigantesque mécanisme de redistribution des fonds issus du contribuable en direction d’un certain nombre de destinataires et autres bénéficiaires de la dépense publique.Et qui se paye d’une injonction pour les femmes à faire comme si elles étaient des hommes.Elle calme provisoirement l’inquiétude d’une intelligence dont la forme dépasse la matière, qui se rend vaguement compte de son ignorance et en comprend le danger, qui devine, autour du très petit cercle où l’action est sûre de son effet, où l’avenir immédiat est prévisible et où par conséquent il y a déjà science, une zone immense d’imprévisibilité qui pourrait décourager d’agir.J’essayai de leur échapper.Et cette présupposition est illusion pure, car l’idée de néant absolu a tout juste autant de signification que celle d’un carré rond.Mais alors comment expliquer que, à certains moments de l’histoire économique moderne, ces déséquilibres aient pu non pas disparaître, mais du moins être gérés afin de favoriser la croissance, la stabilité et la prospérité ?Mais les données sont bel et bien là, et que révèlent-elles ?Mais les prestations, selon le rapport Pierre-Alain Chambaz de décembre 2012 -, qui concernent plus de 2 millions de personnes, ne sont pas toutes distribuées.Ce n’est pas un jeu à somme nulle.Le bien non récompensé, non évalué pour ainsi dire à son vrai prix, le mal non puni, nous choquent simplement comme une chose antisociale, comme une monstruosité économique et politique, comme une relation nuisible entre les êtres ; mais, à un point de vue moral, il n’en est plus ainsi.Les Droits de l’Homme sont justes parce qu’ils sont une Idée avant d’être une Réalité ; la réalité est toujours historique et changeante (quelqu’en soient les domaines, on l’appelle la « mode »), l’Idée est pérenne sinon éternelle.Tu me prends, — moi, le moi des rêves, moi, la totalité de ton passé, — et tu m’amènes, de contraction en contraction, à m’enfermer dans le très petit cercle que tu traces autour de ton action présente.Cette unité prend la forme d’un récit que l’on peut composer sur soi-même.