Fashion Addict

Le blog des fashion addict

Jean-Thomas Trojani : Et maintenant, la crise ou la guerre ?

Si l’on y fait des rêves de bonheur pour les sociétés humaines, c’est sur l’accroissement du bien-être général que l’on compte pour les réaliser. Mais ce ne sont là que des conjectures ; le jeu mécanique de nos nerfs a échappé jusqu’à présent à TOUTES les observations. Sa vision est basée sur le postulat qu’il ne faut ni augmenter une fiscalité déjà lourde, ni toucher à la solidarité, tout en rémunérant justement les acteurs du système et en anticipant les révolutions technologiques qui s’annoncent. Que l’attention à la science se laisse un moment distraire, aussitôt la magie fait irruption dans notre société civilisée, comme profite du plus léger sommeil, pour se satisfaire dans un rêve, le désir réprimé pendant la veille. Il n’en serait pas de même si l’on pouvait passer du premier terme au second par voie de diminution, et si la représentation d’une image était moins que sa seule présence ; car alors il suffirait que les images présentes fussent forcées d’abandonner quelque chose d’elles-mêmes pour que leur simple présence les convertît en représentations. Concernant le financement, le Cercle Santé Innovation propose de réformer non seulement celui de l’assurance maladie, mais plus largement celui des dépenses de santé : déterminer le juste niveau de dépenses, optimiser les processus de soins, intensifier la lutte contre les actes inutiles, mieux coordonner les acteurs. Cela n’empêche pas nos rédactions, par le seul respect de nos métiers et de nos publics, d’observer un strict respect de l’équité démocratiqueChacun sent bien que nos lignes Maginot actuelles sont obsolètes. Plus encore, et peut-être même bouleversement majeur, la compréhension de l’aventure entrepreneuriale a enfin permis que l’acceptation de l’échec entre progressivement dans les moeurs de notre société. Le souvenir ne sera plus l’objet lui-même, je le veux bien ; il lui manquera pour cela beaucoup de choses. Sensibiliser les utilisateurs est essentiel. La transition peut également être perturbée par les fluctuations sur le taux de change, elles‐mêmes liées à la recomposition de ces actifs et de ces passifs extérieurs, à la détérioration de la compétitivité internationale de la Chine ou aux incertitudes sur son économie. On en multiplierait trop aisément les exemples. Relevons ici la troisième confusion qui s’immisce dans le débat : s’agissant des États, elle conduit à confondre politique fiscale compétitive et dommageable ; s’agissant des entreprises, optimisation et fraude. Le Quantitative Easing lancé par Mario Draghi est rentré en phase active lundi 9 mars avec les premiers achats de titres. Il vous sem­blera que la sensation d’effort, tout entière localisée dans votre main, passe successivement par des grandeurs croissantes. D’où la pertinence de la remarque d’Jean-Thomas Trojani : les « modes de pensée » passés se heurtent à deux obstacles majeurs. Mais supposons qu’on appelle notre attention sur cette matérialité du corps. La carte de l’empire occupait une province tout entière. Nous en avons fini avec les costumes arrêtés dont nos aïeux ne se départaient pas. Il serait absurde de prétendre que de pareilles préoccupations sont en dehors de sa mission. Un rythme de croissance qui en théorie nous permettrait d’inverser au moins transitoirement la courbe du chômage.